Partager

Maladie inflammatoire pelvienne, symptômes et traitement

 
Par Didier Lacombe. Actualisé: 22 février 2017
Maladie inflammatoire pelvienne, symptômes et traitement

La maladie inflammatoire pelvienne (MIP) est une infection fréquente chez les femmes en âge de procréer qui affecte leurs organes sexuels et qui est causée dans la plupart des cas par des infections sexuellement transmissibles telles que le chlamydia ou la gonorrhée. Elle doit être traitée médicalement tôt pour éviter les complications telles que la douleur pelvienne chronique ou l'infertilité, vous devez donc être attentif aux symptômes et prévenir ainsi de plus gros problèmes de santé à long terme. Dans l'article suivant de toutComment, nous vous montrons en détail les causes, les symptômes et comment traiter la MIP.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Comment traiter l'endométriose de manière naturelle
Étapes à suivre:
1

La maladie inflammatoire pelvienne (MIP) est causée par des bactéries dans le vagin et du col utérin qui se déplacent jusqu'à l'utérus, les ovaires ou les trompes de Fallope, provoquant une infection. Dans la plupart des cas, les maladies sexuellement transmissibles comme la gonorrhée et le Chlamydia sont les principaux responsables de l'infection, mais peuvent aussi être causées par d'autres infections qui ne se transmettent pas par contact sexuel comme la vaginose bactérienne.

En outre, il convient de noter que ce transfert de bactéries qui mène à la MIP peut également se produire au cours de certaines procédures médicales telles que l'accouchement, l'avortement, l'introduction d'un dispositif intra-utérin ou la biopsie de l'endomètre.

Il y a des femmes qui sont plus susceptibles de souffrir de MIP. C'est le cas de celles qui ont de nombreux partenaires sexuels, qui ont eu une infection sexuellement transmissible, qui ont déjà développé une MIP ou à qui l'on a récemment placé le DIU.

2

Toutes les femmes qui développent une MIP ne présentent pas de symptômes évidents ou sévères, parce que dans de nombreux cas, ceux-ci ne se manifestent pas ou sont légers. Maintenant, lorsqu'ils sont présents, les principaux symptômes sont des pertes vaginales anormales, des douleurs ou des gênes dans la partie supérieure ou inférieure de l'abdomen, des saignements vaginaux anormaux, des douleurs pendant la miction et lors des rapports sexuels, de la fièvre, des frissons, des nausées et des vomissements.

Avoir l'un des symptômes ci-dessus ne signifie pas que l'on souffre de MIP, mais il est préférable de consulter un médecin dès que possible afin de recevoir un diagnostic précis et un traitement approprié. En effet, il est essentiel de traiter la MIP le plus tôt possible pour éviter des possibles complications telles que les douleurs pelviennes chroniques, l'infertilité ou une grossesse extra-utérine.

3

Pour traiter la maladie inflammatoire pelvienne, des médicaments antibiotiques sont généralement prescrits pour éliminer complètement l'infection. Ces médicaments peuvent être administrés par voie orale ou par injection, et un suivi rigoureux par le médecin est mis en place, un rendez-vous est donc généralement pris deux ou trois jours après le début du traitement. Il est possible que les symptômes de l'infection cessent avant l'arrêt du traitement antibiotique, mais il est essentiel de poursuivre le traitement le temps indiqué par le médecin.

Maladie inflammatoire pelvienne, symptômes et traitement - Étape 3
4

Dans ces cas les plus graves de MIP, il est probable que le patient doive rester à l'hôpital pendant un certain temps. L'hospitalisation est fréquente chez les femmes qui ne possèdent pas un diagnostic précis de la maladie, qui sont enceintes, qui souffrent d'autres maladies graves, qui doivent recevoir des médicaments par voie intraveineuse, qui ont de la fièvre, des nausées ou des vomissements ou qui ont un abcès sur l'une des trompes de Fallope ou sur l'ovaire. Dans ce dernier cas, si les abcès ne disparaissent pas avec le traitement, il est possible d'envisager un recours à la chirurgie comme la laparoscopie, laparotomie ou colpotomie.

Chez les patients hospitalisés, des antibiotiques sont généralement administrés par voie intraveineuse et par voie orale pour soigner l'infection.

Maladie inflammatoire pelvienne, symptômes et traitement - Étape 4
5

En plus du traitement médical mentionné, d'autres mesures visant à favoriser la santé et le bien-être du patient seront adoptées, par exemple en recommandant du repos, en prenant des analgésiques, en retirant le DIU s'il y en a un, en administrant des liquides et en stoppant temporairement les rapports sexuels. Tout ceci est essentiel pour que l'évolution de la maladie inflammatoire pelvienne soit favorable.

Il est également important de noter que les partenaires des femmes souffrant de MIP doivent également consulter un médecin et recevoir un traitement médical si des rapports sexuels ont eu lieu pendant les deux mois précédant l'apparition des symptômes.

6

Tout comme avec les autres infections sexuellement transmissibles, la principale mesure pour prévenir la maladie inflammatoire pelvienne est d'utiliser un préservatif dans toutes les relations sexuelles maintenues. Il est également important d'effectuer des examens gynécologiques ou médicaux réguliers pour être sûr que vous avez une bonne santé sexuelle en tout temps.

Cet article est purement informatif, toutCOMMENT n'a pas les capacités de prescrire de traitement médical ni réaliser de diagnostics. Nous vous invitons à vous rendre chez le médecin si vous présentez des gènes ou un mal-être.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Maladie inflammatoire pelvienne, symptômes et traitement, nous vous recommandons de consulter la catégorie Santé de la Famille.

Écrire un commentaire sur Maladie inflammatoire pelvienne, symptômes et traitement

Qu'avez-vous pensé de notre article?

Maladie inflammatoire pelvienne, symptômes et traitement
1 sur 3
Maladie inflammatoire pelvienne, symptômes et traitement

Retour en haut