Partager

Comment reconnaître un trouble dysthymique

Par Didier Lacombe. Actualisé: 16 janvier 2017
Comment reconnaître un trouble dysthymique

La dysthymie se caractérise par un état dépressif chronique, qui dure environ 2 ans. Ce trouble survient souvent chez les jeunes patients, pendant l'enfance, l'adolescence ou au début de l'âge adulte, et ses symptômes se développent progressivement. Lorsqu'il survient chez les adultes, ce trouble est généralement plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Pour déterminer si une personne souffre d'une dysthymie, il est important de vérifier qu'il n'y a pas eu d'épisodes dépressifs majeurs avant l'apparition de la dysthymie. Vous trouverez ici les éléments qui permettent de reconnaître un trouble dysthymique.

Étapes à suivre:
1

Début. Il est fréquent que le trouble dysthymique apparaisse à un âge précoce. Il peut donc démarrer de deux manières différentes. L'apparition précoce se caractérise par l'apparition de symptômes chez les personnes âgées de moins de 21 ans. On le distingue donc du démarrage tardif, où les symptômes n'apparaissent qu'après 21 ans.

2

Moral. La personne atteinte de trouble dysthymique ressent une profonde tristesse, qui perdure quasiment toute la journée. Ce sentiment est accompagné de quelques symptômes dont : perte ou augmentation de l'appétit, insomnie ou hypersomnie (besoin de dormir pendant de longues heures), perte d'énergie ou fatigue, faible estime de soi et difficultés à réfléchir et à se concentrer.

3

Perte ou augmentation de l'appétit et insomnie ou hypersomnie. Il est fréquent, dans ces cas-là, de voir une diminution significative du poids du patient, en raison d'une perte d'appétit. Toutefois, il peut également arriver que la personne ressente une augmentation de l'appétit, ce qui a une conséquence sur le poids du patient, même si cela reste plus rare que la perte d'appétit. En ce qui concerne le trouble du sommeil, la personne présente souvent des difficultés à s'endormir et à rester endormie. Cependant, dans certains cas, le patient peut souffrir d'hypersomnie, à savoir la nécessité de dormir pendant de longues heures.

4

Manque d'énergie et faible estime de soi. En souffrant de dysthymie, les activités qui proportionnaient du plaisir deviennent intéressantes. L'intérêt pour ces activités diminue donc, accompagné d'un sentiment de sous-estimation et de futilité. Le patient se considère lui-même comme inintéressant et inutile.

5

Durée. Pour déterminer s'il s'agit ou non d'un trouble dysthymique, il importe de vérifier si, au cours des deux ans de maladie, la personne n'a pas été plus de deux mois consécutifs sans éprouver les symptômes mentionnés ci-dessus. Il est également important de détecter s'il existe des symptômes caractéristiques d'un épisode dépressif majeur, car, en l'espèce, il ne s'agirait plus d'un trouble dysthymique mais plutôt d'un trouble dépressif majeur.

6

Exclusion. Si la personne a souffert d'un épisode maniaque, hypomaniaque ou mixte, ou encore d'un trouble cyclothymique, il ne s'agira pas d'un trouble dysthymique. Il est donc important que la personne consulte un médecin spécialisé pour établir un diagnostic précis permettant un traitement adapté à son cas.

Cet article est purement informatif, toutCOMMENT n'a pas les capacités de prescrire de traitement médical ni réaliser de diagnostics. Nous vous invitons à vous rendre chez le médecin si vous présentez des gènes ou un mal-être.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Comment reconnaître un trouble dysthymique, nous vous recommandons de consulter la catégorie Santé et psychologie.

Écrire un commentaire sur Comment reconnaître un trouble dysthymique

Qu'avez-vous pensé de notre article?

Comment reconnaître un trouble dysthymique
Comment reconnaître un trouble dysthymique

Retour en haut